top of page
Rechercher

Une longue gestation

Neuf mois entre deux publications, c’est long. J’avoue. Je promets de tenter de faire mieux, dans la mesure du possible (peut-être), pour 2023.


J’avais créé cet espace pour rassembler mes publications de réseaux, mais j’ai toujours le réflexe de publier directement sur Facebook ou sur Instagram. Quant à TikTok, cette bête du diable, j’y suis, mais je n’ai pas encore le réflexe d’ouvrir l’app ni d’y publier du contenu, contrairement à mes excellent.e.s collègues qui sont cent fois plus motivé.e.s que moi.


Si tout se passe bien, la nouvelle réalité de ce blogue pourrait ressembler à ce que vous avez sous les yeux. On verra ce que ça donne.


Ceci dit, je n’ai pas que perdu mon temps à ne pas écrire sur mon site, j’ai aussi fait des affaires.


QUOI DE NEUF ?


Depuis le début de l’année, si vous mettez la main sur le magazine Curium, vous pourrez découvrir (entre autres) deux nouvelles PUCES.


« Livraison pour le 404 »

Plusieurs villes à travers le monde ont maintenant des services de livraisons automatisés. De petits robots électriques vont sillonner la ville pour livrer des commandes. Ça fait moins de camions sur les routes, donc moins de trafic, moins de pollution, etc.


Les robots ont appris à emprunter le chemin le plus efficace, à éviter les obstacles (nid-de-poule, poubelles, lampadaire, etc.), à éviter les collisions avec les humains, à traverser les intersections de manière sécuritaire. C’est un service qui est utilisé pour couvrir « le dernier mile » entre l’entrepôt et l’adresse de livraison, celui qui est le plus coûteux et le plus complexe.


Mais qu’arrive-t-il quand ça détraque ? Quand une erreur dans le programme pousse toute la chaîne de livraison à répéter la même commande encore et encore et encore et encore…

Quelques semaines après avoir écrit ce texte, je suis tombé sur cette nouvelle. Une femme pensait avoir un « secret Santa », quelqu’un qui lui envoyait des cadeaux. Elle s’est rapidement rendu compte qu’il y avait un bug dans le système, parce qu’elle a reçu le même colis plus de 40 fois.


« Le sacrifice »

On croirait à une légende urbaine. Personne de sain d’esprit ne vendrait un organe pour s’acheter le dernier modèle de iPhone, pas vrai ? Pas vrai ?


L’histoire est encore pire que ça.


Une clinique de beauté au Laos a publié cette image. Elle offrait un iPhone 14 en échange d'un rein, rien de moins !


VIE D’AUTEUR



CRITIQUE


Un heureux hasard a mis la bd Monolith, de Roberto Recchioni et Mauro Uzzeo, sur mon chemin. Ce sont les dessins futuristes hyper-réalistes de LRNZ qui ont attiré mon œil. Je m’attendais à lire une histoire sauce cyberpunk, mais c’était pas pantoute ça. « Tu pensais qu’c’tait ça que c’tait, mais c’tait pas ça que c’tait », comme dirait Alaclair.


Monolith, n’a rien du récit cyberpunk auquel je m’attendais. C'est tellement plus simple que ça. C’est l’histoire de Sandra, une jeune mère qui a besoin d’un break de son chum. Elle prend la voiture qu'il vient d'acheter, le modèle Monolith. La voiture la plus sécuritaire jamais construite. Et elle s’évade quelques jours pour aller réfléchir hors de la ville chez une amie. Mais en plein coeur du désert, Sandra frappe un cerf et s’embarre hors de la voiture, alors que son jeune fils de deux ans, lui, est coincé à l’intérieur.


L’histoire est prenante et se déroule sous haute tension et un soleil de plomb. Les dessins de LRNZ sont criants de réalisme. C’est hautement efficace.


Cette phrase en C4 « la technologie peut être notre meilleure alliée… ou notre pire ennemi » m’a rappelé un projet sur lequel je travaille. J'me demande bien lequel.


Bref, j'ai ben aimé ma lecture.

62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page